En pratique

Tutos

Composer à plusieurs

Publiée le 17/06/2016

Si vous avez l’habitude de travailler seuls, vous vous demandez peut-être comment certains arrivent à composer à plusieurs ! Chaque groupe a sa manière de fonctionner, essayons donc d’aborder les différents cas de figure et d’évoquer les options qui s’offrent aux musiciens qui s’associent dans la création musicale.

Nous allons définir deux types de collaboration, qui ne présentent pas les mêmes avantages ni les mêmes difficultés : d’un côté les groupes constitués de plusieurs compositeurs multi-instrumentistes qui travaillent en home-studio, et de l’autre les groupes qui travaillent en salle de répétition, dans lesquels chacun tient un instrument.

 

Dans le home-studio

Pas toujours facile de savoir qui fait quoi lorsque l’on se retrouve à deux ou plus devant un ordinateur à chercher des idées ! Si c’est le début de votre collaboration, commencez par vous répartir des tâches. Par exemple l’un des deux a un faible pour les programmations de batterie et l’autre a joué pendant plusieurs années de la basse dans des groupes ou alors s’intéresse beaucoup aux mélodies et aux textes.

Tout comme dans notre memo sur la page blanche, il vous faut trouver un « os à ronger » ensemble. C’est-à-dire partir d’une matière quelconque, comme une ligne de basse ou une mélodie. Ceci dans le but de vous concentrer ensemble sur quelque chose et d’oublier la question : « qu’est-ce qu’on fait ? » Faites donc et vous verrez bien ce que c’est ! Prenez vos premières séances de travail comme un exercice pour vous « rencontrer » dans ce nouveau contexte.

Il se peut que chacun ait déjà des habitudes de composition bien ancrées et que les méthodes de l’autre soient source d’irritation et de tension. A ce moment-là, demandez-vous bien pourquoi vous voulez travailler à plusieurs et pourquoi avec cette personne plutôt qu’une autre. Essayez de définir avec humilité les choses que vous ne savez pas faire et que l’autre sait faire. Evacuez toute forme de jalousie ou de complexe vis-à-vis de l’autre, en vous demandant si le résultat pour lequel vous travaillez ensemble en vaut la peine. Auriez-vous réalisé ce travail sans l’aide de l’autre ?  Sachez aussi reconnaître, en répondant à ces mêmes questions, les collaborations stériles qui vous font perdre du temps et qui semblent, après réflexion, vous ralentir plus que vous aider.

 

Dans la salle de répétition

La situation du groupe en salle de répétition n’est pas très éloignée de celle en home-studio si ce n’est qu’ici le rôle de chacun est beaucoup plus clair. Ainsi on ne va pas attendre du batteur de trouver un riff de guitare et demander au trompettiste de jouer un solo de flûte. La question est de savoir quel os ronger ensemble pour être dans l’action et être en mesure de proposer des idées pour faire avancer le travail. Dans une grande majorité des groupes, une ou deux personnes sont à l’initiative des morceaux et ça ne pose en général pas de problème.

Si vous commencez un projet de groupe et que vous êtes celui ou celle qui propose des morceaux ou des idées à travailler, vous allez devoir accepter de voir votre « bébé » se transformer petit à petit au cours du travail en groupe et même parfois disparaître pour laisser place à une autre « créature » conçue par tous les musiciens ensemble.
En tous cas, la composition en groupe et en salle de répétition doit toujours se faire à l’aide d’un enregistreur, même rudimentaire, et s’accompagner de moments où les musiciens sont réunis à l’extérieur pour écouter le travail effectué. Dans la perspective de composer à plusieurs, ces enregistrements doivent être partagés systématiquement pour que chacun puisse se les approprier, sentir qu’il en est l’auteur et ainsi être en mesure de proposer des idées. Ces moments loin du studio sont importants, car ils permettent de prendre du recul et de ne plus avoir le nez dans son instrument, mais plutôt d’avoir une vision d’ensemble du morceau en cours de fabrication.

Ca peut vous intéresser !

  • Composition : oubliez les accords !

    17/06/2016

    Toujours dans le même esprit et pour s’affranchir ou s’éloigner du système des accords, vous allez voir l’intérêt de penser la musique en terme de ligne horizontales superposées (le contrepoint) plutôt qu’en accords verticaux. Lire la suite

  • Composer en accords ? pas d’accord !

    17/06/2016

    Nous allons nous intéresser aux deux instruments les plus utilisés pour créer : le piano et la guitare. Lire la suite

  • La page blanche.

    17/06/2016

    Même s’il n’est pas répandu de commencer un morceau de « musique actuelle » avec du papier à musique et un crayon, l’image de la page blanche parlera certainement à tout le monde. Lire la suite

La communauté

Explorer la communauté

News en Musique

Voir toutes les actus