Actualité

Chroniques

Matthieu Malon : Peut-être un Jour

Publiée le 22/05/2014

Matthieu Malon, musicien doué du Loiret et frontman du projet Laudanum, sort pour la troisième fois un album sous son nom et en français. Peut-être un Jour ne porte pas le titre d’une de ses chansons mais les résume toutes dans le fond : le passé que l’on se trimballe, les poids que l’on ne dépose pas, les luttes du quotidien, les nostalgies en noir et blanc, les altérités qui se brisent à travers les deuils (Tu étais mon pote) ou les chemins qui se séparent (Au revoir à jamais). La radiographie d’une vie de trois décennies passées en quelque sorte.

Le parti pris de l’écriture est celui de la narration : simple et directe, introspective et universelle. Ici on ne s’encombre pas de fioritures, on ne s’embarrasse pas de savoir si les rimes sont respectées, si les images sont jolies. Au point que, parfois, la voix ne se contente plus de chanter. Ici on raconte.

Textes simples donc, pour musique plus complexe, comme toujours chez Malon. Délicieuse et minutieuse, elle puise ses racines outre-Manche quelque part au début des années 1990 et se consolide aux forces d’aujourd’hui. À la fois vintage et actuelle, elle tisse de véritables B.O puis se transforme en petit-lait pour les oreilles. Entre les guitares shoegazes et les pianos délicats, les riffs efficaces et les mélodies d’une évidence désarmante, douze titres s’étirent ou s’emballent au bon gré d’une sacrée capacité.

Peut-être un Jour, Matthieu Malon aura un succès mérité, mais aujourd’hui déjà il y a chez ce type-là une classe et une intelligence musicale sévère, des références solides qu’il n’arrive souvent pas à cacher, des idées en ébullition comme ces vidéos faites pour chaque chanson qui, mises bout à bout, donneront un unique film en septembre.

Une réussite.

Marjorie Risacher

Découvrir :

Matthieu Malon - Dernier Uppercut

Crédit Photo : © Stéphane Merveille

Ca peut vous intéresser !

La communauté

Explorer la communauté