RévéLAtion RIFFX : qui es-tu Xaper ?

Lauréat du tremplin Fête de la musique à l’Olympia, Xaper a eu la chance d’y jouer le 21 juin dernier. C’est l’heure de la rencontre avec RIFFX !

 

Hello Xaper ! Avant de commencer, pourquoi ce nom ?

Je graffais avec mon cousin, qui m’a alors surnommé Zapak. En m’intéressant au graffiti, j’ai découvert qu’un graffeur s’appelait Diser, et j’ai trouvé la sonorité sympa, tout en ayant l’écriture « er » à la fin. J’ai donc changé mon nom pour Zaper. Puis en en 2018, avec l’arrivée de XXXTentacion et beaucoup d’artistes qui avaient un X dans leur nom, je me suis dit pourquoi pas ne pas choisir cette lettre, peu commune en français, et c’est comme ça que mon nom est devenu Xaper !

Comment et quand as-tu commencé la musique ?

Ma première interaction avec la musique, c’est à l’âge de 4 ans, quand mes parents m’ont offert une petite batterie. A 6 ans je suis entré au conservatoire régional de Saint-Maur, où j’ai d’abord fait un an de solfège. Comme il n’y avait pas de cours de batterie, et que les percussions ne m’intéressaient pas, j’ai choisi d’apprendre l’instrument que jouait ma mère : le piano. Mon père étant muté à l’étranger, j’ai dû arrêter le conservatoire à l’âge de 10 ans, mais j’ai continué en cours privé, puis j’ai appris la batterie. A l’adolescence j’ai aussi commencé à composer sur ordinateur et à écrire des textes.

Comment décrirais-tu ta musique ?

Ma musique c’est un mélange de rap parisien, que j’ai découvert dans les années 2015, et d’électro que j’écoutais déjà à l’époque. On peut aussi ressentir quelques influences rock dans l’énergie que je peux avoir sur scène, grâce à mon père qui m’en faisait beaucoup écouter quand j’étais petit.

Mais je suis en train d’évoluer dans mon style. Jusqu’ici j’étais très influencé par le rap technique, par exemple comme Alpha Wann, qui manipule parfaitement la rime et la syntaxe. Mais aujourd’hui j’ai envie d’être plus honnête avec moi-même, dans la lignée d’un Wallace Cleaver. Je viens en effet du côté classique de la musique, aussi j’ai envie d’y revenir musicalement, tout en gardant mes influences rap et électro. Je veux maintenant faire une musique qui reflète plus ce que je suis. De même au niveau des textes, que je veux plus introspectifs en abordant les thématiques des doutes, de l’angoisse de la société dans laquelle nous vivons, de la solitude, etc.

Quelles sont tes influences ?

Ma toute première influence musicale, c’est Stromae. C’est grâce à lui, à 10-11 ans, que j’ai commencé la composition : je regardais ses leçons sur YouTube et j’essayais de reproduire ses conseils sur Garage Band. J’aime aussi ses textes, Formidable c’est une chanson qui me touche encore. Plus le temps passe, plus je me reconnais en lui, car je ne viens pas totalement du rap, ni des musiques électroniques, et j’ai envie de faire un mix de plusieurs genres.

Plus récemment, je suis très influencé par Laylow, qui a un côté orchestral dans beaucoup de titres. Il arrive constamment à me surprendre. Même si certaines fois j’adhère moins à ses propositions, je reconnais l’investissement de l’artiste qui cherche à sortir de sa zone de confort. Et je me reconnais beaucoup dans cette quête de renouveau.

Grâce à RIFFX by Crédit Mutuel, tu as eu l’opportunité de jouer à l’Olympia. C’était comment ?

Depuis petit, je rêve de jouer sur une scène mythique telle que l’Olympia, c’est en fait un but pour tout artiste. Réaliser ce rêve a fait remonter beaucoup d’émotions en moi. J’ai vu dans les yeux de mes parents et de mes proches de la fierté ! Et ça j’en suis fier ! Pour ce qui est du live, c’était irréel ! Le temps d’une soirée, j’ai pu être à la place de mes artistes préférés. Je suis vraiment content de l’avoir fait, je me suis rapidement senti très à l’aise et le public a immédiatement suivi !

Jouer dans cette salle mythique justifie les 5 dernières années de ma vie où j’ai travaillé et perfectionné ma musique, dans ma chambre. J’en retiens beaucoup de choses, que ce soit positif comme négatif. Pour les points positifs, je sais qu’aujourd’hui je suis capable de me produire devant autant de personnes et de pouvoir les ambiancer. J’ai aussi vu que mes morceaux marchaient très bien sur scène. J’ai compris aussi que j’avais une énergie incroyable grâce au public, et j’ai envie de continuer à utiliser ça un maximum. Pour les points négatifs, je n’ai pas réussi à contrôler mon énergie tout au long de mon set. Mais c’est une erreur classique pour un jeune artiste qui se produit pour la première fois sur une scène de ce type. J’ai aussi envie de me dépasser musicalement en amenant des instruments sur scène pour créer un live plus organique. Cette expérience m’a permis de beaucoup apprendre, que ce soit sur moi, sur la technique, sur la salle, et m’a permis de me fixer de nouveaux objectifs. J’ai pu passer un cap, maintenant c’est à moi de faire le travail pour continuer à me perfectionner. J’ai très envie de me remettre ça sur une autre scène !

J’ai aussi fait monter des amis sur scène à la fin du set, une énorme surprise pour eux ! C’était important pour moi de partager cette expérience avec eux, qui me donnent l’énergie et la motivation au quotidien. C’est une manière de les remercier et de leur faire vivre un peu de mon rêve.

Que représente ta venue en tant que Révélation RIFFX pour la suite de ta carrière ?

Ma venue à l’Olympia en tant que Révélation RIFFX me donne énormément de confiance pour la suite. Le fait de se produire sur cette scène mythique m’a aussi permis de me rendre compte du défi technique que cela représente, et maintenant je sais comment mieux me préparer pour des scènes de cette envergure. Ma participation à cet événement signifie aussi que je suis dans le radar de Radio France via France Inter et de RIFFX by Crédit Mutuel. Cela va me permette d’avoir un point d’ancrage lorsque je vais devoir faire la promotion de mes futurs projets et créer ma fan base.

Un dernier mot pour RIFFX ?

Merci ! Merci pour la confiance ! Merci pour l’accompagnement ! Merci pour tout, c’est une immense chance ! Je n’y croyais pas du tout en postulant. Alors merci de faire confiance à de jeunes artistes, et à qui cela permet de découvrir un monde professionnel, et de raviver la flamme de la passion. Si un jeune artiste lit cet article, j’aimerais lui dire qu’il faut croire en ses rêves, travailler tous les jours, se donner à fond, et qu’à un moment ça paye, car avec ce type de concours il n’y a pas de piston. Alors il faut essayer !

Tu as des projets à venir ?

Oui j’ai beaucoup de projets à venir !
Mon projet en duo avec Milos, « Late Check Out », est sorti le 28 juin 2024. C’est un court EP de 5 titres dont 2 skits. Ce projet est dans la ligne d’Orelsan et des Casseurs Flowters. Il raconte l’histoire de deux amis qui vont connaître une ascension musicale et sociale.
Pour ce qui est des projets à venir, je compte sortir dans quelques semaines « Footballeur » en single. Beaucoup de gens me l’ont demandé après l’Olympia sur Instagram. De plus avec l’Euro et les JO, ça a du sens de le sortir maintenant. On a tous rêvé d’être sportif à un moment dans notre vie, et c’est ce que raconte ce titre.
Après ce single, il y a un projet prévu pour la rentrée scolaire. Un EP de 4 titres Trap qui me permet de continuer à mettre en place ma DA. J’ai joué 3 des 4 titres de ce projet à l’Olympia, et le public a été très réceptif. Cela me donne donc plein de confiance pour le sortir et ambiancer les gens avec. Ce projet sera une sorte d’avant-goût avant le projet le plus important de ma vie, qui va mettre un terme à toutes ces sorties en me permettant de bien commencer l’année 2025. Ce sera un projet très honnête dans lequel je compte me livrer davantage et utiliser ma voix pour transmettre des émotions et des idées à mon public. Je n’en dis pas plus pour ne pas vous spoiler le projet mais j’ai hâte de vous retrouver sur scène pour le jouer !

👉 Voir sa fiche talent sur RIFFX👈