Les quinze ans de Virgin Suicides

 

Air réédite sa B.O du film Virgin Suicides à l’occasion de son quinzième anniversaire. Retour sur un disque important, rentré au panthéon des plus fameuses bandes originales.

Quand Sofia Coppola fait appel à Air pour composer la bande originale de son premier long-métrage, l’adaptation du livre culte Virgin Suicides de Jeffrey Eugenides, le duo français est essoufflé par dix-huit mois intenses de promotion et tournée qui ont parachevé le succès de « Moon Safari ». Ce premier album, vendu à trois millions d’exemplaires, les a propulsé aux avant-postes de la scène pop mondiale. La commande de Sofia Coppola arrive à point nommé : le groupe a emmagasiné des tonnes d’idées et a envie d’enregistrer. Elle permet aussi à duo d’échapper à l’angoisse du deuxième album en prenant les chemins détournés de la musique de film.

B.O et album à la fois
C’est une première pour Nicolas Godin et Jean-Benoît Dunckel qui s’imprègnent de l’atmosphère très sombre du roman et se calquent sur les rushes que l’équipe du film leur envoie pour composer une musique atmosphérique et langoureuse marquée par les claviers. Conception, enregistrement et mixage, Air travaille vite et boucle la musique de Virgin Suicides en trois mois. Leur idée est bien sûr d’enregistrer une B.O qui serve le film mais qui puisse aussi s’écouter seule. Mais ce que le duo ignore, c’est à quel point le montage du film sera éloigné de l’idée qu’ils s’en faisaient.

Atmosphère sombre
Lors de la projection à Cannes de Virgin Suicides, c’est la stupeur : non seulement le film est plus léger et évanescent que prévu mais la musique composée par Air a été largement éditée : 80 % de ce qui a été enregistré n’y figure pas. Mais le décalage fonctionne à merveille entre l’ambiance du film et les atmosphères sombres et menaçantes de sa bande originale. Chacun de leur côté, le film et le disque vont devenir cultes. Quinze ans après, la musique des Français n’a pas pris une ride, comme en témoigne cette belle réédition, augmentée d’un deuxième CD avec des enregistrements live de l’époque.

Air prolongera son travail sur les aspects les plus sombres de sa musique avec son véritable deuxième album (« 10 000 Hz Legend », en 2001) et travaillera à nouveau avec Sofia Coppola, sur le magnifique « Lost In Translation », en 2003.

Vincent Théval

Découvrir ou redécouvrir :

Air – Playground Love

Crédit Photo : © Gassian