RIFFX.Hebdo : First-Last avec Emji

Emji nous raconte aujourd’hui dans le RIFFX.Hebdo sa première émotion musicale, la première fois qu’elle a chanté dans le métro et d’autres anecdotes.

Ta première émotion musicale ?

Je crois que c’était sur Michael Jackson la première émotion musicale. Pas très originale parce que je pense que je ne suis pas un cas rare, mais oui, c’était Michael Jackson sur “Thriller”. Il est fort ce Michael Jackson, quand même.

 

Ta première dans le métro ?

Ma première fois dans le métro, elle était très difficile parce que ça demande d’être face au regard qui est parfois très péjoratif de gens qui nous prennent un petit peu pour des personnes qui font la manche. Or, on essaie de faire notre musique et de la faire connaître. C’est super riche parce qu’il y a toute la société et vraiment, toute confondue, le public le plus riche du monde, je pense dans le métro.

 

Ton dernier projet ?

Alors, mon dernier projet donc avec “Je vais t’aimer” et je pense que beaucoup de gens vont aimer, moi la première. Une grande surprise, une grande rencontre avec mon personnage de Louise. C’est magique il se passe vraiment plein de choses. On traverse quarante ans d’époque. On suit une bande de potes, donc il y a 40 ans de vie, d’amitié, d’aventures incroyables. C’est hyper riche. Je ne m’attendais pas à autant d’audace, vraiment. Il y a sex, drugs and rock’n’roll.

 

Ta dernière redécouverte de Michel Sardou ?

Je me suis repencher pour l’audition sur “Je vais t’aimer”, que moi, j’avais découvert étant petite, parce que mes parents écoutaient ça. J’ai relu le texte en me disant : “C’est coquin, c’est très très coquin”. “À faire pâlir tous les Marquis de Sade”. Déjà, quand tu sais qui est le Marquis de Sade, tu commences à regarder la chanson un peu différemment. Donc, j’ai complètement redécouvert ça.

 

Ta première guitare ?

Alors, je ne vais pas parler d’émotions la première fois que j’ai touché une guitare, quand même. Parce que c’était pas forcément très joli à entendre. Et je me suis mise très très tard, en fait. J’ai fait de la guitare à me dire je m’y mets tous les jours et j’apprends, j’avais 24 ans et j’ai appris très très vite quatre accords et en me disant : “Bon bah voilà maintenant tu les tourne dans tous les sens et tu fais des chansons avec”. Donc, c’est ce que j’ai fait très, très vite, parce que je devais aller bosser dans le métro.

 

Ton premier poster ?

J’avais un côté Spice Girl, un côté Hanson. Et puis après, j’ai tout viré et alors là, j’ai recouvert toute la chambre jusqu’au plafond avec Mylène Farmer.

 

Ta première fois sur Nouvelle Star ?

La première fois la plus forte, c’était je pense “Chandelier”,où là moi, j’étais trop contente parce que je jouais avec des musiciens, donc je me suis pris un gros kiff sur scène. Par contre, je ne me souvenais de rien en sortant. Vraiment, j’ai eu un trou noir dès que je suis sortie de scène. J’ai regardé après la rediffusion pour me remettre et que ça me revienne et de savoir ce que j’ai fait.

 

La dernière chanson en tête ?

Ah, mais j’ai “Afrique Adieu” dans la tête depuis ce matin. C’est ma journée “Afrique Adieu”. Il n’y aura pas autre chose.

 

RIFFX.Hebdo : M POKORA

RIFFX.Hebdo : M POKORA