Tinie Tempah : Demonstration

Dans le hip-hop, c’est du côté de l’Angleterre que nous parviennent les productions les plus audacieuses. Tinie Tempah en est le parfait exemple. Sorti de nulle part à 21 ans, Patrick Okogwu cartonne d’emblée, en 2010, avec son premier album « Disc-Overy » (plus d’un million d’exemplaires vendus). Il enchaîne les hits : Pass Out, Frisky ou Writen in the Stars, assure les premières parties de Jay-Z, Rihanna et Usher, crée son label, écrit un livre, lance sa propre collection de vêtements (comme tous les rappeurs, certes) et devient l’un des artistes les plus en vue du Royaume-Uni. Contrairement à son premier essai, Tempah a décidé de contrôler la production de ce second album du début jusqu’à la fin. Diplo est aux commandes du premier extrait Trampoline qui assure la transition avec ses productions passées. La suite est, disons, sinueuse, voire carrément glissante : on comprend bien le duo avec Dizzee Rascal (Moshpit), une réunion de bad boys du sud de Londres mais on reste circonspect sur Children of the Sun et ses guitares rock, qui rappelle le pire du rock des seventies. Alors que Looking Down the Barrel produit par Tom Rowlands, l’ex Chemical Brother, restera comme le sommet de cet album, une espèce d’hybride entre country/big beat et rap futuriste. C’est quand il lorgne vers l’avenir que Tinie Tempah reste le plus pertinent (5 minutes featuring Pendulum). Un album assez long (15 titres) mais pas forcément indigeste si on ne le dévore pas d’un coup.

Willy Richert

Découvrir :
Tinie Tempah – Heroes feat. Laura Mvula

Richard Thompson : Still

Richard Thompson : Still