Great Black Music : au delà du cliché des musiques blacks !

Il vous reste encore quelques semaines pour visiter l’une des expos musicales les plus réussies de ces dernières années à la Cité de la musique de Paris, consacrée à la musique black. Visite guidée !

Du blues au rap en passant par le funk et la house music, le spectre des musiques noires est immense. Great Black Music raconte cette histoire complexe et propose une lecture politique, historique et géographique des mouvements qui la compose en proposant un parcours sensoriel et immersif.
Sensoriel car, dès l’entrée, on vous remet un smartguide avec lequel vous allez interagir dans les différentes salles.
Immersif car, à l’image des salles Rythmes & Rites Sacrés, consacrées à la transe ou aux cabines de danse, les concepteurs ont voulu mettre tous vos sens en alerte. La musique black est physique. Le visiteur doit le ressentir.

Des totems

Une vingtaine de totems musicaux consacrés chacun à un artiste culte de la musique black (John Coltrane, James Brown, Robert Johnson ou Myriam Makeba) composent la première salle. Vous découvrirez de courts mais très pédagogiques portraits de ces musiciens. Si on peut regretter l’absence de Prince, la surprenante présence d’Elvis Presley souligne un vrai choix éditorial !

Passionnant.

Mama Africa

Immersion totale ensuite dans la seconde salle baptisée Mama Africa. Des écrans vidéo géants permettent de découvrir la richesse inégalée du continent noir.
L’intérêt des extraits proposés est d’avoir su intégrer l’Afrique du Nord comme avec cet extrait particulièrement touchant d’une émission où le chanteur Kabyle Matoub Lounès avoue qu’il préférerait mourir debout que vivre couché. Il sera assassiné quelques mois plus tard en Algérie pour avoir dénoncé la corruption dans son pays.

Émouvant !

Puissance mystique pour 20 000 ans d’histoire

Difficile de décrire ce troisième arrêt consacré aux rythmes & rites sacrés. Cette salle relève plus de la vidéo d’art que d’une exposition consacrée à la musique. On y ressent plus que l’on ne comprend la puissante relation entre les pratiques religieuses et l’importance du rythme, le point commun à toutes musiques noires.
Le Fil Historique est une salle absolument incroyable ! Imaginez une frise historique qui relierait les pyramides égyptiennes au jazz funk ou le combat légendaire du boxeur Cassius Clay à la fierté noire… Voilà l’excellente idée de cette expo. Il faut prendre le temps de découvrir ces 20 000 ans d’histoire illustrés à chaque période clef par une pochette d’album.

Brillant !

La musique noire aujourd’hui

La visite continue avec les salles consacrées aux Amériques noires et au Global mix. Choix pertinent et assez logique de consacrer deux salles à l’évolution de la musique noire sur le territoire américain tout d’abord (salle 5) puis à sa mondialisation (salle 6).
Les genres musicaux (jazz, rock, rap et techno) voient le jour aux États-Unis avant de se répandre dans le monde entier. Mais attention au boomerang ! La circulation de la musique à l’heure de l’Internet a bouleversé les métissages et l’Afrique sera certainement le grand gagnant de ce nouvel équilibre musical. Vous pourrez apprendre à danser la salsa et le disco ou vous essayer au graff avec un prof virtuel.

Pertinent !

Le parcours se termine avec une exposition assez classique d’instruments de musique avant de découvrir les très flashy photos de Lewis Watts consacrées à la Nouvelle-Orléans, berceau du jazz et ses sociétés musicales secrètes.

Surprenant !

Willy Richert

Y aller :
Great Black Music – l’Exposition de toutes les Musiques Noires
Du 11 mars au 24 août 2014
Cité de la Musique à Paris
http://www.greatblackmusic.fr
Découvrir :