The Delano Orchestra : « Eitsoyam »

Le nouvel album de The Delano Orchestra (à paraître fin janvier) porte le drôle de nom de « Eitsoyam » qui, même remis à l’endroit, sonne comme un mystère. Le groupe de Clermont-Ferrand est un sextuor, mais son leader-compositeur-auteur-chanteur Alexandre Rochon en est l’âme délicate.

Souvent affilié au regretté Sparklehorse, il dessine un folk-rock éthéré, étiré, raffiné et sombre, d’une beauté redoutable. Cette fois les guitares se sont électrifiées par endroits et un post-rock hypnotique pointe le bout de son nez avec délice. Plus énergique, Delano a troqué le contemplatif contre l’actif, l’incisif, et même parfois le mordant. La production irréprochable rend grâce à une section rythmique superbe et des arrangements brillants.

Jusque-là on écoutait The Delano Orchestra allongé dans une rêverie dont on ne savait jamais si elle était plus aquatique ou aérienne, poussé à l’intérieur de soi ou largement au-dessus. Avec « Eistoyam », l’ambiance a mué et on préférera sûrement avaler des paysages en roulant les fenêtres ouvertes. Aller de l’avant, plus loin, c’est exactement ce que Alexandre Rochon semble avoir fait.

Très belle réussite, cet album restera très certainement dans les tops de cœur d’une année qui ne vient pourtant que de commencer.

Marjorie Risacher

EVERYTHING from Alexandre Rochon on Vimeo.

Avicii : True

Avicii : True