Thundercat : Apocalypse

Avouons le, on était complètement passé à coté du premier album de Stephen Bruner alias Thundercat. On avait bien remarqué ce bassiste aux cotés d’Erykha Badhu, des Suicidal Tendencies, des Red Hot Chili pepers ou de Snoop Dog, preuve d’un certain bon goût et d’un éclectisme de bon aloi. Les albums de bassistes sont d’étranges objets : ou le musicien n’a rien a prouver et il s’émancipe de la position du « bassiste héros » ou il a une revanche à prendre et là, on peut craindre le pire ! Le plus célèbre des bassistes de l’électro reste Thomas Jenkinson, alias Squarepusher, qui a propulsé l’instrument vers des horizons inconnus (free jazz électro, drum’n bass).

C’est donc avec une certaine perplexité qu’on se lance à l’assaut de cette Apocalypse : on a tort ! L’album est fluide mais garde une certaine complexité, la basse est au service des mélodies et la production, limpide est ultra soignée (magnifique boulot de Flying Lotus). Voilà un exemple de musique psyché sans les clichés inhérents au genre. On assiste peut être à la naissance d’un nouveau style, un funk électro mid-tempo teinté de pop. Le genre d’album à déguster au long cours.

Willy Richert

Découvrir :
Thundercat – Walkin’

Duo Longue Distance

Duo Longue Distance