New Black Couper Décaler

L’Afrique n’en finit plus d’influencer les scènes occidentales. Après New York (Vampire Weekend) et Londres (Damon Albarn le leader de Blur et son label Honest Jon’s) c’est aux producteurs électros allemands de se confronter au Couper décaler ivoirien crée en 2002. Caractérisé par ses rythmes ultra syncopés et souvent enregistrés avec des machines rudimentaires, ce genre a été répandu par la diaspora africaine en Europe. Mokobé du 113 ou encore Magic System vont le populariser auprès d’un public plus métissé. Cette compilation est née du travail de la metteuse en scène Monika Gintersdorfer et du plasticien Knut Klaben avec une troupe germano-ivoirienne. Ils ont décidé de pousser la collaboration plus loin en invitant des producteurs allemands en Côte D’Ivoire. Les stars du Couper décaler au chant (Gadoukou la Star, Shaggy Sharoof, Skelly) se confrontent aux rythmiques de producteurs allemands renommés (Melissa Logan & Nadine Jessen alias Chicks on Speed ou Jacques Palminger). L’aspect abrupte des productions africaines est gommée par le savoir faire allemand en matière d’électronique (techno, dubstep ou nu-rock). Fini les boites à rythmes cheap et place aux grosses basses bien rondes. Au final un match loin d’être nul : le coté direct des lyrics africains vs la qualité sonore des Berlinois ne donnent pas une série de tubes formatés mais nous livre une vision rare de ce que pourrait être la World Music 2.0.

Willy Richert

Dralms : « Shook »

Dralms : « Shook »