Le Zénith Nantes Métropole, quelle est votre histoire ?

Le concept « Zénith » trouve son origine en 1981 lorsque le Ministère de la Culture s’ouvre au rock et aux musiques populaires. Sous l’impulsion de Daniel Colling, à qui le Ministère avait confié l’étude pour la réalisation de ce projet, le concept s’inspirera des amphithéâtres de la Grèce antique avec pour principale caractéristique une modularité permettant des capacités d’accueil allant de 2.200 à 12.000 spectateurs.
Le Zénith de Nantes Métropole, d’une capacité maximum de 9.000 personnes, est donc le 14ème de la série des Zénith lorsqu’il a été mis en œuvre en décembre 2006.
L’ambition de la communauté urbaine de Nantes métropole était de faire de cette salle « LA » salle du grand ouest . Avec une moyenne annuelle de 90 spectacles, soit entre 370 000 et 450 000 spectateurs, le Zénith de Nantes est une des premières salles de France, en activité et fréquentation.

 

 

4 questions à Denis Turmel, Directeur du Zénith Nantes Métropole

 

Racontez-nous votre histoire avec le Crédit Mutuel…

Ce partenariat a démarré  en 2012 quand nous avons commencé à échanger sur la possibilité d’un partenariat entre le Crédit Mutuel et le Zénith de Nantes Métropole. La place prépondérante qu’occupe aujourd’hui  la salle nantaise dans le paysage des grandes tournées était déjà entérinée,  tout comme l’engagement du Crédit Mutuel dans la sphère musicale était déjà un fait acté. Ce qui a facilité les échanges, chacun sachant ce qu’il pouvait attendre de l’autre.
Mais au-delà des étapes habituelles qui accompagnent ce type de rapprochement, il y a une chose sur laquelle je me suis arrêté… Je pilote aujourd’hui  un Zénith, qui symbolise un peu, dans l’imaginaire du public,  ce qu’il y a plus de clinquant , de plus visible, au sens « paillettes/star system ». Mais j’ai longtemps travaillé dans les organismes dit d’ « intérêt général » du monde de la musique, dont le travail consiste à apporter des aides pour mettre le pied à l’étrier d’artistes en devenir. Je suis donc resté  très attentif et attaché à ces notions de démarrage, d’accompagnement, de développement de carrière…
Et ce que j’ai trouvé de remarquable dans la démarche du Crédit Mutuel, c’est qu’il ne se limitait pas son partenariat à ce qui est le plus visible et médiatique ( les grosses tournées, et/ou des moments phares d’exposition TV ou radio) mais qu’il « mettait les mains » dans le cambouis pour aider les jeunes talents à évoluer et trouver leur voie.

 

 Comment voyez-vous l’engagement du Crédit Mutuel dans la musique et à vos côtés ?

Global ! l’intérêt de l’approche du crédit Mutuel, c’est qu’elle ne se limite pas à la partie visible de l’iceberg, même si elle en fait naturellement partie…Au Zénith de Nantes métropole, le Crédit Mutuel permet à ses clients (ceux à qui appartiennent la banque ? ) d’assister , dans des conditions privilégiées à des shows de stars très médiatisées… mais dans le même temps, le Crédit Mutuel accompagne un dispositif régional « Mécènes pour la Musique » qui aide des productions, des créations locales.. (dispositif dans lequel le Crédit Mutuel a d’ailleurs pesé de tout son poids pour qu’on le rejoigne , en tant que nouveau mécène). Bon esprit , constructif, positif, réaliste, proche du terrain.

 

Comment définiriez-vous RIFFX by Crédit Mutuel ?

Je renvoie à tout ce que j’ai dit plus haut : la mise en avant des talents, le mur du son,  le conseil, les tremplins, tout ça va dans le bon sens au service de la musique.

 

Quelle chanson/musique illustre le mieux le partenariat entre vous et le Crédit Mutuel ?

Come Together, bien sûr (what else ?)  ! Dans la version  reprise par Aerosmith, un peu plus vitaminée à mon goût que l’original ?

 

Logo Moloco + Sous Titre
Moloco
MaMA Festival
Plages électro Logo
Les Plages Electroniques
Creative House
Creative House
Grand Mix
Le Grand Mix
Live In Tignes
Live in Tignes by Francofolies
Dalida Institute
Dalida Institute
Touquet Beach Festival
Touquet Music Beach Festival
Pause Guitare Logo
Pause Guitare
Marsatac
Marsatac